G-Anime 2017 : c’était mieux que l’année passée!

Avez-vous déjà eu cette impression qu’une fin de semaine avait passé si vite que vous ne l’avez tellement pas vue passé? Eh bien, ce fut mon cas pour ce qui était de cette fin de semaine puisque j’étais l’un des invités au G-Anime. Bien sur, après une sixième année de visite depuis le début des « Reportages de Luduc », j’ai pu en voir de toutes les couleurs. Mais est-ce que l’édition de cette année surpassait celle de l’année précédente?

Ma réponse : OH QUE OUI!

Mais attention! Cette réponse brève ne signifie pas que le G-Anime s’en est sorti sans point à corriger pour les prochaines éditions. Comme j’ai déjà mentionné auparavant lors d’un « Luduc Live » (conférence que je donne dans la plupart des conventions) : une convention ne peut pas être parfaite! Il y aura toujours quelque chose à chialer. C’est ce qui la rend marquante positivement… ou négativement! De plus, veuillez prendre note que cet article n’est qu’une vision globale venant d’une personne qui ne s’est pas mis à tout regarder à la loupe. Vous n’aurez droit qu’à un survol venant de la part d’un habitué de convention qui en a vu d’autres.

Débutons par le positif :

En compagnie de Steelorse, Testeur Alpha et Jérome (de « Guiz and Jerome »)

Pas de « Maison du Citoyen » : Pour avoir assisté à l’édition de 2016 (dont tout le monde se rappellera comme étant le plus grand échec de la convention), je dois avouer qu’ici, la plupart des problématiques ont pu être résolus. En effet, les organisateurs ont compris qu’organiser des panels (oups! Désolé Bob Lennon! Je voulais dire « conférence »!) à la maison du Citoyen n’était pas l’idée la plus brillante. En plus d’offrir un contre-jour affreux lors de visionnement et d’être extrêmement distancé des autres activités, la salle a pu retrouver son mandat original : celui d’être un lieu serein pout les séance photo de cosplay. Pour cela, je vous dit : merci!

Un horaire sans faute : Autre point corrigé face à l’année dernière, nous avons eu le droit à un horaire plus fiable et plus ordonné que l’année dernière. Rappelons-nous de l’horaire erroné l’année dernière qui ne faisait que mélanger les gens et ainsi diminuer le nombre de participants aux conférences.

Les invités : Aussi, petit détail important : LES INVITÉS! Oui enfin! Les invités furent l’une des essences les plus positives cette année. Contrairement à l’année dernière, le G-Anime revient aux sources, écoutant enfin ce que les gens voulaient voir comme invité. Bien entendu, l’un des invités les plus remarqués fut sans aucun doute Bob Lennon qui a su se donner corps et âme pour ses fans québécois, voire même à se priver d’une pause ou deux pour signer le plus d’autographes possible. J’ai eu la chance de rencontrer cet homme et sérieusement, je le respecte, pour connaitre sa place à titre d’invité et aussi offrir ce que les fans demandaient réellement. Aussi, fans de musique, j’ai eu beaucoup de plaisir d’y voir la prestation de l’Orchestre Pop de l’Université d’Ottawa.

La salle marchande : La salle marchande fut aussi l’un des points forts. Le fait que celle-ci soit variée et puisse offrir aux gens une multitude de magasins aussi différents les uns des autres est un gros plus à mon avis. De plus, notez le fait que la salle marchande était enfin de retour à la salle qui lui était méritée. Nous avions facilement accès à une salle marchande tout près de l’entrée de la convention.

Mais comme toute convention, il existe des points à travailler. Voici mes points à corriger (et j’espère de tout coeur que les organisateurs veilleront à régler le tir pour la prochaine édition : 

En compagnie du grand et magnifique Bob Lennon

Un horaire de fermeture contradictoire concernant la salle marchande : Pour la première fois cette année, les gens furent surpris par la fermeture précoce de la salle marchande le samedi. On se rappelle bien du fait que lors des éditions précédentes, celle-ci fermait à 19h. Bien sur, mon point ne vient pas remettre en question l’heure de fermeture, mais bien l’entente faite avec les marchands. Ayant parlé avec certains marchands, j’ai appris que le contrat qui avait été signé stipulait une fermeture de la salle marchande à 18h (et non 17h). Cette heure de fermeture plus tôt a en effet surpris certains marchands qui ont eu l’impression de s’être fait un peu manipulés. Prochaine fois, respectez les ententes avec les marchands!

Des invités presque absents : Ici, je ne parle pas de Benzaie qui a bel et bien été annoncé comme ne venant pas à la convention. Non! Ici, je parle plus de certains invités qui ne faisaient qu’acte de présence et encore là, je suis généreux. Certains invités (et là, il n’y en a que quelques uns heureusement) se donnaient le droit de flâner à la chambre d’hôtel, arrivant en retard au seul panel dont ils étaient mandatés, retournant ainsi tout de suite flâner dans leur chambre par la suite. Bien que je comprends que ce point à travailler concerne aussi les organisateurs qui se doivent d’occuper les invités. Mais la principale responsabilité revient aux invités principalement. Pour qui vous prenez-vous? Le pape qui n’a besoin que de venir faire acte de présence une heure pour ensuite profiter de l’hôtel payé par la convention? Sachez que la convention est comme un client qui investie pour vous et s’attend à un retour de l’ascenseur de votre part. Et si un fan avait décidé de venir au G-Anime pour venir vous voir? On parle ici d’un non-respect d’entente et j’espère de tout coeur que les organisateurs veilleront à regarder l’implication de chaque invité au courant de cette fin de semaine pour ainsi savoir qui ne pas inviter l’année prochaine (ou peut-être même les réinviter pour ainsi plus les occuper).

Quelquun sétait déguisé en moi! Je me suis battu pour garder mon intégralité. La sécurité est venue nous séparer.

Certains « panels » trop longs ou inutiles : Ici, je ne me concentrerai que sur les « panels » auquel j’ai assisté (tel que mentionné plus haut, je n’étais pas omniprésent dans la convention. Certains détails m’ont surement échappés). Ceci dit, j’admets avoir eu beaucoup de plaisir dans certaines conférences (dont celui de « Guiz and Jerome » qui ont réussi à combattre cette dure réalité d’avoir tous les problèmes techniques lors d’une première conférence de la fin de semaine). Mais mon commentaire constructif concerne  principalement les panels « Ici G-Anime » et « Le show du gros baka ». Débutons par le plus dur à écouter : « Ici G-Anime », qui doit surement être une sorte de fantasme sur scène organisé par l’animateur lui-même. À chaque année, j’entends les mêmes commentaires : « ce panel est malaisant du début à la fin ». L’invité (comme à chaque année d’ailleurs) ne comprend aucune des références lancé par l’animateur, ce qui offre des malaises plutôt durs pour l’auditoire. Comptons aussi les références très intérieures qui ne concernent que l’univers de l’animateur lui-même et dont peu de personnes comprennent. Je suis désolé Luc Biron (l’animateur en question) mais après avoir récolté les commentaires en l’espace de 3 ans de la part des invités, je crois qu’il serait bon de fermer la porte à cette activité. L’autre panel concerné est bien entendu « Le show du gros baka ». Par contre, attention! Je ne dirais pas que j’ai détesté l’intégralité du spectacle. C’est bien le contraire! Il y a eu des bons points dont le sketch de Testeur Alpha et Beta qui a fait rire la salle, de même que l’insertion de l’onglet « Piment Fort » présenté par Richard Adam, Bob Lennon, Charles Desjardins Langlois et Jérôme Cloutier. Mon point négatif concerne surtout le sketch du début qui était lourd à écouter, vu les gags encore une fois trop « inside » pour le public, de même qu’une longueur trop excessive du jeu « Piment Fort ». Oui! Le concept fonctionnait bien…. mais pour les 45 premières minutes. Par la suite, les longueurs s’en sont suivis, amortissant ainsi la salle. Néanmoins, la plupart des gags furent très agréables à entendre…. mais pas assez pour que la foule puisse rester pour le monologue final présenté par un jeune garçon désirant devenir humoriste. « Le show du gros baka » ne doit cependant pas mourir. Le public appréciait malgré tout le spectacle. Ma suggestion : éliminez l’introduction et raccourcissez le spectacle pour une durée de 1h à 1h30. Les festivaliers vous remercieront. C’est assuré!

Malgré tout ces commentaires, je ne reste qu’à mon opinion de base : la fin de semaine était fantastique. et comme je l’ai précédemment dit : il n’existe pas de convention parfaite! Nous avons pu voir cette année que le G-Anime a su apprendre de ses erreurs de l’année dernière. Si vous ne connaissez pas cette convention située à Gatineau, n’oubliez pas de réserver votre billet pour l’année prochaine.

Et vous? Qu’avez-vous pensé du G-Anime de cette année?