Le Nadeshicon 2017 : une convention à visiter?

Tout au long de mon cheminement dans les reportages d’événements ludiques, j’ai eu l’immense privilège de revisiter certaines conventions à chaque année. Bien entendu, le Nadeshicon fut l’une des conventions dont je ne me tanne jamais d’aller, pour sa simplicité ainsi que pour sa localisation. Mais après maintenant 5 ans de visite à mon actif, est-ce que cette convention continue à respecter nos attentes? Je me suis étendu sur la question cette semaine alors que j’explorai le pavillon Alphonse Desjardins à la recherche des pour et contres de la conventions. Aussi bien le rappeler, aucune convention n’est parfaite! Afin de mieux faire le point, je me suis adonné à cet exercice de regarder les deux cotés de la médaille afin d’y observer si finalement, le Nadeshicon continuait d’offrir cette magie après tant d’années.

Puisque je préfère toujours débuter par le positif, commençons par les bons points!

En compagnie de Valérie Lévesque (Les bentô de Valérie)

Une localisation parfaite pour une convention: Je me souviendrais toujours de ma première visite au Nadeshicon. C’était ma première visite au Pavillon Alphonse Desjardins. J’étais impressionné par ce concept que la convention s’étendait sur 4 étages, offrant par le fait même une indication claire des conférences, salle marchande, cafétéria, salle de jeux vidéos, etc. Cette année, le sentiment était à nouveau partagé puisque mes repères étaient encore et toujours les mêmes. Bien sur, pour un nouveau venu, des affiches avaient été installées afin d’éviter la confusion, ce qui fut un gros plus cette année.

Un personnel plus qu’accueillant : Je dois l’avouer : j’ai analysé de près certains membres de l’organisation, me questionnant sur leurs interactions auprès des festivaliers. Comme vous le savez surement, organiser une convention amène beaucoup de stress. Tomber dans la mauvaise humeur ou simplement montrer un visage maussade aurait pu être très facile dans un tel stress. Ceci dit, je fus surpris de voir la bonne humeur des responsables, membres de la sécurité et panelistes. Chaque personne se donnait pour mission d’accueillir tout le monde avec le sourire pour ainsi offrir un environnement serein à cette convention. Je félicite d’ailleurs l’excellent travail de tous et chacun pour avoir rendu cette fin de semaine aussi marquante.

Pratique de l’Orchestre portable de Jeux vidéos

Une convention aussi pour socialiser : À chaque fois que je parles du Nadeshicon auprès de cosplayeurs, j’entends toujours le même commentaire : « C’est un événement relax où l’on peut socialiser avec nos amis ». Je partage aussi cet opinion. Certaines conventions offrent plutôt une ambiance de consommation, ce qui réduit parfois le taux de fréquentation entre festivaliers. La taille d’un événement peut aussi faire la différence si les cosplayeurs ont de la difficulté à retrouver leurs amis dans un endroit beaucoup trop vaste. Heureusement pour le Nadeshicon, cette problématique n’existe pas. On parle ici d’un lieu idéal où les gens peuvent se retrouver dans la salle de jeux vidéos ou même dans la cafétéria afin de trainer entre amis.

Des diffusions de panels sur Twitch : J’avoue avoir été l’un des privilégiés à avoir eu son panel diffusé sur le web. Bien sur, la mascarade et d’autres événements eurent le même traitement, rendant la convention beaucoup plus accessible pour les gens qui ne pouvaient pas venir.

En direct du Luduc Live sur le web

Un tarif plus qu’abordable : L’un des points forts de Nadeshicon restera encore et toujours son prix d’entrée qui fut de 20$ pour la fin de semaine. Normalement, pour une convention, on parle généralement d’un prix d’admission entre 35 et 50$ la fin de semaine.

Mais bien sur, comme toute bonne convention, et je l’applique aussi au Nadeshicon qui figure parmi mes conventions favorites, il existe aussi des points à travailler.

Aucune surprise cette année : Bien sur, le Nadeshicon reste un peu niché dans son concept de ne faire de tribune que pour la culture japonaise, ce qui amène parfois certaines craintes à la venue des futurs invités. Bien que je fus heureux de faire la rencontre de MPI, Benjamin Anderson, l’Orchestre portable de Jeux vidéos et Valérie Lévesque (qui étaient les invités vedettes de cette année), je n’y voyais aucune surprise à s’en jeter par terre. La convention était resté dans le confort de ses pantoufles en ne répétant qu’une formule qui avait déjà été faite l’année dernière. Pour une personne qui n’est pas fan de musique japonaise, le Nadeshicon était surement un peu plus difficile à vendre cette année.

Quelques problèmes de son : Bien sur, je ne viens pas dire que ces problèmes techniques étaient récurrents dans tous les panels de la salle Hydro-Québec. Je parle ici de quelques petites coquilles qui venaient peut-être réduire l’expérience de certains concerts. Certains ont mentionnés ne pas avoir assez profités de la performance vocale de MPI alors que la musique étaient trop forte. Il est bon à savoir qu’en asie, la plupart des concerts priorisent la voix par dessus la musique, ce qui n’est malheureusement pas le cas dans les concerts au Québec. Aussi, on parle de légers distorsions de micros peu agréables qui auraient pu arriver à n’importe quel événement. Tel que mentionné plus tôt, on parle ici de problèmes mineurs. Ceci dit, je salue l’excellent travail des techniciens qui ont malgré tout fait un beau travail malgré le matériel qui pouvait parfois causer certains soucis.

Le Nadeshicon reste toutefois une belle convention pour quiconque chercherait une convention afin d’y faire de nouvelles rencontres. Nous espérons toutefois que cet événement tentera de nous offrir quelques surprises pour l’année prochaine.